10 trucs pour apprendre à son ado comment consommer avec modération

10 trucs pour apprendre à son ado comment consommer avec modération
À l’approche des graduations, plusieurs parents se demanderont si leur adolescent est prêt à participer à son après-bal et se conduire de façon responsable.
Les études démontrent que le cerveau de l’adolescent est tout aussi fragile que celui d’un nouveau-né.  En effet, la consommation d’alcool, lorsque non-contrôlée, peut affecter l’hippocampe et la matière blanche, diminuant ainsi les fonctions exécutives, cognitives, la mémoire et la concentration1.   Comme il est illusoire de prôner l’abstinence dans une société où la consommation d’alcool est largement tolérée, il est donc plus efficace d’éduquer notre adolescent afin de le sensibiliser à une saine consommation.

Voici donc 10 trucs pour apprendre à son adolescent comment consommer avec modération :

1. N’en faites pas un tabou. S’il n’y a qu’un seul mot à se rappeler c’est bien celui-ci : DISCUTER.   Plus vous aurez discuté avec votre enfant des saines habitudes de consommation dès son jeune âge,  plus il aura de temps pour assimiler l’information.  Évitez les sermons et soyez prêt(e) à répondre à ses questions.   Il ne s’agit pas ici de promouvoir la consommation mais bien d’éduquer votre adolescent face à l’usage d’alcool. 2. Soyez un modèle « Fais ce que je te dis et non ce que je fais » fonctionne rarement.  Vos enfants et vos adolescents vous observent beaucoup plus que vous ne le pensez.  Buvez-vous vous-même de façon responsable? Vous abstenez-vous de prendre la route après un verre? Consommez-vous pour oublier vos problèmes ou plutôt dans un contexte social occasionnel? 3. Intéressez-vous à ce qu’il devient Même si nous avons parfois l’impression de parler à un mur face à nos adolescents, ils ont encore besoin de notre amour et de se savoir importants à nos yeux.  Bien que leur liberté soit un besoin primordial à cet âge, ciblez de petites périodes pour être ensemble et leur montrer que ce qu’ils vivent vous intéresse, comme par exemple :
  • En allant les reconduire à leurs activités;
  • En préparant un repas ensemble;
  • En regardant une émission télévisée ensemble;
  • En pratiquant un sport ensemble;
  • Ou encore, en discutant de leurs projets et de leurs rêves.
4. Établissez ensemble une série de règles et attentes claires Fournir des règles et attentes claires à votre adolescent lui montre deux choses importantes :
  • Que vous tenez à lui
  • Le cadre dans lequel il peut expérimenter
Vous pourriez donc discuter et instaurer ensemble des règles familiales en égard à la consommation d’alcool.  À titre d’exemple, ces règles pourraient être :
  • De conduire seulement lorsqu’on ne boit qu’autre chose que de des boissons alcoolisées;
  • D’accepter d’être le passager de personnes sobres uniquement, peu importe le contexte;
  • De ne pas nager lorsqu’on a bu;
  • De ne pas grimper en hauteur ou d’opérer de machinerie, bateau, etc. si on prend un verre;
  • Qu’il est correct de prendre un verre mais qu’il faut se contrôler afin d’éviter de devenir intoxiqué(e)/soûl(e);
  • De ne pas participer à des jeux ayant pour but de se soûler ou à des concours de « beuveries »;
  • De nous aviser avant de sortir s’il croit prendre un verre ou deux afin que nous soyons prêts à venir le chercher au besoin.
Soyons honnêtes, votre ado ne respectera sûrement pas ces règles intégralement.  Par contre, il connaîtra dorénavant les règles d’une saine consommation.  Le reste, il l’apprendra de ses propres essais et erreurs. 5. Travaillez son affirmation Un adolescent capable de s’affirmer risque non seulement de moins céder à la pression des pairs, mais développera aussi la capacité de demander de l’aide et de chercher des méthodes pour gérer son stress.  La possibilité d’utiliser l’alcool comme moyen de gérer son stress s’en trouvera alors diminuée. Consommation alcool chez les adolescents 6. Rappelez-lui fréquemment ses bons choix. Votre enfant grandit et il a besoin de savoir que vous acceptez l’adulte qu’il devient et que vous comprenez qu’il a besoin de vivre ses propres expériences.   Félicitez-le lorsque vous constatez qu’il fait des choix responsables, que ceux-ci ou non soient reliés à la consommation d’alcool. 7. Permettez-lui de faire ses premières expériences dans un environnement sécuritaire et encadrant tel que la famille C’est une question de gros bon sens.  De qui préférez-vous que vos enfants apprennent à boire? Dans un contexte d’anniversaire au sein de la famille ou dans un parc avec leurs amis? Permettre à votre adolescent de boire en quantités limitées lors d’occasions spéciales et sous votre observation directe, lui permet d’apprendre les contextes dans lesquels il est permis de boire, ainsi que la façon raisonnable de le faire. Attention!  Il ne s’agit pas ici de permettre des « partys » à la maison sans supervision, mais bien d’éduquer graduellement votre enfant à boire avec modération en votre présence. 8. Utilisez les nouvelles pour engager la discussion Profitez des incidents liés à la boisson rapportés au journal télévisé pour engager une discussion avec votre adolescent sur les impacts des mauvais choix liés à la consommation d’alcool.  Posez des questions ouvertes du type : « Qu’est-ce que tu penses que tu aurais fait dans cette situation? »  « Et si tu n’arrivais pas nous rejoindre? »  « Comment te sentirais-tu si cela arrivait à ton meilleur ami? » 9. Enseignez-lui ce qu’est une consommation et les conséquences possibles de l’ivresse C’est simple :  une consommation c’est 1 bouteille de bière, 1 limonade alcoolisée, 1 shooter ou encore un cocktail contenant une once de liqueur forte.  L’alcool peut prendre de 2 à 3 heures avant de quitter le corps.  Ni café, ni douche froide, ni collation n’accélérera le processus. Le maximum recommandé est donc de consommer un verre à l’heure.  La fatigue, le fait de sauter le repas précédent, le fait d’être une femme versus un homme affecte tous notre rapport à l’alcool2 Finalement sans tomber dans l’idée de leur faire peur, l’alcool affecte le jugement et malheureusement cela peut nous faire prendre des risques que l’on ne prendrait pas habituellement.  Conséquemment, une surconsommation peut conduire à des conséquences parfois néfastes comme :
  • Une bataille;
  • Se faire arrêter;
  • Avoir des relations sexuelles non protégées – donc le risque d’attraper une MTS ou tomber enceinte. Dans les pires cas, s’exposer à un viol;
  • Perdre son permis si on a un accident ou pire perdre la vie ou enlever celle d’un autre;
  • Se faire hospitaliser suite à une surconsommation (surdose).
10. Ayez confiance! En conclusion, n’oubliez surtout pas que vous aussi êtes passés par là!  Après avoir discuté avec votre ado et clarifié vos attentes, lâchez prise et ayez confiance en votre jeune adulte en devenir!
Sources : HOPSON, Janet, “Heavy alcohol use harms your teenage brain” dans Scientific American Mind, juillet 2013 et MCMAHON, Tamsin, “Inside your teenager’s scary brain” dans Maclean’s, janvier 2015 2 Voir à cet effet l’information disponible auprès d’ÉducAlcool
Judith Martineau

Membre du Réseau Nanny secours 2014-2017. BESOIN D'UNE CONSULTATION?

Judith Martineau
Besoin d'une consultation?

Contactez-moi



Cookie consent

Please choose which cookies you want to consent to.